[Le fantasme de la voiture volante]

flying-car

Depuis le début 20ème siècle et l’arrivée de l’automobile, puis des aéroplanes, l’homme n’a cessé de rêver du ciel, du ciel pour tous.  

Avec l’arrivée de l’automobile chez monsieur tout le monde, bien vite l’homme a rêvé à la prochaine étape, le ciel accessible à tous. Très vite, des ingénieurs se sont mis en tête d’arriver à accomplir ce fantasme. Quoi de plus naturel que d’adapter le dernier moyen technologique disponible pour se déplacer devenant accessible à tous à cette époque : la voiture.

C’est en 1903 que le premier avion motorisé fit son premier vol, et seulement 14 ans plus tard, le premier véritable prototype de voiture volante voit le jour avec « L’autoplane de Glenn Curtiss ». Ensuite, au cours des années, d’autres personnes ont tenté le coup, à chaque fois avec un résultat mi-figue mi-raisin. Bien souvent cela vol, mais jamais encore nous avons pu constater le monde être envahi de voiture volante.

La raison ? Avec quelques simples réflexions on peut vite se rendre compte que ce n’est pas si simple à mettre en oeuvre. Autant le défi technologique n’est pas énorme et il a d’ailleurs été relevé de nombreuse fois. Le soucis est bel et bien ailleurs.

Car oui, une voiture volante, c’est une voiture (Vous ne l’avez pas venu venir hein ?)  mais c’est aussi un avion. Et un avion, ça ne se pilote pas n’importe comment. Il faut avant tout un permis, plutôt une licence de vol. Car même si ça devient « simple » à faire voler, ça reste de gros engins de plusieurs centaines de kilos, voire plusieurs tonnes, qui volent au dessus de la tête des gens et il raisonnable de penser que peu de gens seraient favorables à voir ce genre d’engin dans les mains de Gérard l’apprenti mécano sur sa mobylette.

Faire voler une voiture volante, c’est aussi être au milieu des autres aéronefs. Donc, il est peu pensable que dans notre ciel déjà quasiment surchargé, nous pourrions amener des centaines d’autres appareils sans surcharger encore plus le trafic aérien.

Il faut parler des coûts aussi, car ce genre de bijou, ce n’est pas véritablement à la portée de monsieur tout le monde. Le dernier prototype en date est tout de même proposé à un prix unitaire de 300.000€. À ce prix, le fantasme commence à prendre une tout autre tournure. Cela est sans compter  le prix d’une licence de pilote, de l’assurance et du carburant.

Il est donc peu concevable à l’heure actuelle d’imaginer que ce fantasme sera réalisable dans avenir à moyen terme. Il existe peut-être pourtant une alternative. Une société française met au point un genre de petit véhicule tout terrain (buggy) avec dans son coffre une grande voile et a l’arrière une hélice. Une fois la voile dépliée. on se retrouve face à une voiture-parapente. Nettement moins cher et plus facile à utiliser, il est possible que ce prototype soit un jour commercialisé au grand public.

Pour terminer, quelques photos des différents prototypes réalisés de voiture volante. 

1917 L’autoplane de Glenn Curtiss. 

1949 L’aerocar de Moulton Taylor.

1968 L’autoplane de Robert Lebouder.

1971 L’AVE Mizar d’Henry Smolinski.

2006 La Transition de la société Terrafugia

2014 L’aeromobil 3.0 

2014 Et enfin, peut-être l’alternative à la voiture volante, le Pégase de le société Vaylon. 

Publicités

Une réflexion sur “[Le fantasme de la voiture volante]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s